ELINA BROTHERUS


«Je ne peux que constater que le travail se construit en cycles, en fonction d’où la vie nous mène. J’ai commencé par des portraits autobiographiques, au tout début de ma carrière, alors que j’étais encore à l’école d’art. A cette époque, je terminais mes études universitaires de chimie et mon premier mariage. Ce fut une libération totale, à tous points de vue, et cela se voyait dans ma photographie. Ensuite, pendant dix ans, je me suis intéressée à la peinture, à la manière dont les artistes perçoivent leurs modèles et à la façon dont on représente cela au sein de l’image. Je me prenais comme modèle, mais les photos n’évoquaient pas ce qui se passait dans ma vie. J’étais fabriquant d’images qui traitaient de thématiques formelles, visuelles, et liées à l’histoire de l’art. Puis, j’ai approché de mes 40 ans, la vie est devenue compliquée et l’autobiographie est réapparue dans mon travail. Cela fait partie de ma stratégie d’artiste: accepter les images dont le besoin de réalisation s’impose. Dans mon travail actuel, je m’intéresse au côté performative de la photographie et à l’espace comme scène où se déroule une action parfois virant vers l’absurde. »

À PROPOS D’ELINA BROTHERUS

D’origine finlandaise, partage son temps depuis 1999 entre la France et son pays d’origine. Elle vit et travaille à Helsinki et à Avallon dans l’Yonne. Elle est titulaire d’un Master en Photographie de l’Université des Arts et du Design d’Helsinki (aujourd’hui Université Aalto) (2000) et d’un Master en Sciences, en chimie de l’Université d’Helsinki (1997).

Elle a commencé à exposer sur le plan international en 1998. L’an 2017 elle aura des expositions personnelles, entre autres, au Musée des Beaux-Arts de Turku, Finlande, à Mindepartementet centre photographique à Stockholm, à Norrtälje Konsthall en Suède et à Contretype de Bruxelles. Parmi d’autres expositions solo récentes, cîtons Le Pavillon Populaire de Montpellier, le Fotohof de Salzburg (2016), gb agency, Paris, Martin Asbaek Gallery, Copenhague (2015), The Wapping Project Bankside, Londres (2014), le Mois de la Photo de Montréal, et Photo Phnom Penh (2013).

Parmi ses expositions collectives récentes figurent la Bibliothèque nationale de France (2017), Musée Nicéphore Niépce, Chalon-sur-Saône, FRAC Haute-Normandie, Institut d’art contemporain, Villeurbaine (2016), Palazzo della Ragione, Milan, Neue Berliner Kunstverein, Musée Serlachius en Finlande, Brandts Musée de l’art et de la culture visuelle, Odense, Danemark, l’Ateneum Galerie Nationale de Finlande (2015), ‘Le19’ CRAC Montbéliard, Belfast Exposed, Fotografie Forum Frankfurt, Museum of Contemporary Photography de Chicago, Tri Postal à Lille (2014), The Photographers’ Gallery, Londres, Kiasma Musée pour l’art contemporain à Helsinki (2013), Louisiana Musée d’art moderne au Danemark et Bozar Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (2012).

Ses œuvres figurent dans des collections publiques telles que celle du Centre National des Arts plastiques (CNAP) en France, du Centre national de l’audiovisuel à Luxembourg, de la Collection Lambert à Avignon, de la Fondaciòn ARCO à Madrid, de la Fondation Kadist à Paris, du Centre Hasselblad à Gothemburg, de la Fondation Koç à Istanbul, du MAC/VAL Musée d’Art Contemporain du Val-de-Marne, du Musée d’Art Moderne et Contemporain, Strasbourg, du Moderna Museet à Stockholm, du Museum Folkwang, Essen, du Musée de L’Elysée à Lausanne, du Museo Nazionale delle arti del XXI secolo (MAXXI) à Rome, de la Société Générale à Paris, ou encore du Musée Finlandais de la photographie à Helsinki. Elle s’est vue décerner plusieurs récompenses, parmi lesquelles figurent le Prix Niépce des Gens d’image en 2005 et le Prix de l’Etat de Finlande pour la photographie en 2008, et la nomination pour le Prix Elysée de 2017.